Historique/ Message de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée internationale pour la tolérance

Le 16 novembre 1995, jour du cinquantième anniversaire de l’UNESCO, les États membres de l’Organisation, qui étaient réunis dans le cadre de la 28e session de la Conférence générale, ont proclamé le 16 novembre Journée internationale pour la tolérance et adopté à l’unanimité une Déclaration de principes sur la tolérance.

Depuis, chaque année, la Journée internationale pour la tolérance offre la possibilité de mener une réflexion critique sur les avancées réalisées et sur les prochaines étapes de notre action pour rendre le monde plus tolérant envers chacun, en particulier envers les communautés les plus vulnérables.

Dans le monde d’aujourd’hui, qui évolue rapidement et au sein duquel l’interdépendance va se renforçant, des individus d’origine culturelle et de confession différentes sont amenés naturellement à se rencontrer chaque jour.

Malheureusement, ces rencontres ne sont pas toujours considérées par les intéressés comme enrichissantes et nous constatons au quotidien combien l’ignorance et l’intolérance nourrissent la méfiance et les conflits. La crise économique et financière de l’année écoulée a aggravé cette situation, plus de 100 millions de personnes ayant basculé dans la pauvreté et cherchant souvent un responsable.

Nous devons mettre fin à cette tendance au moyen de programmes audacieux favorisant le pluralisme, la paix, la justice et la solidarité humaine comme fondements d’un avenir plus juste, inclusif et durable. L’éducation est un outil puissant dans la lutte contre les influences qui entraînent la peur de l’autre et son exclusion. En renforçant les capacités de jugement indépendant, de réflexion critique et de raisonnement éthique, nous pouvons sensibiliser l’opinion publique aux droits et libertés que les individus ont en commun et encourager la tolérance dans tous les domaines de la vie publique.

La Journée internationale pour la tolérance 2009 revêt une signification particulière à la veille de l’Année internationale du rapprochement des cultures (2010). C’est l’occasion de mobiliser les éducateurs, les médias et les institutions publiques et privées afin qu’ils intensifient leurs efforts pour sensibiliser le grand public aux dangers de l’intolérance, et de réaffirmer la volonté collective de promouvoir le dialogue et la non-violence.

Par ailleurs, c’est la première fois que j’ai l’occasion de m’adresser à la communauté internationale depuis mon entrée en fonctions comme Directrice générale de l’UNESCO. Mon message est clair : chacun de nous partage la responsabilité de construire un ordre mondial meilleur grâce à la compréhension et au respect mutuels. Je suis déterminée à faire tout mon possible, pendant mon mandat, pour promouvoir ces valeurs qui constituent les fondements de la démocratie et de la paix. En cette journée internationale pour la tolérance 2009, redoublons d’efforts pour créer un monde tolérant pour tous et partout.

Irina Bokova

DG/ME/ID/2009/21 – page 2 La Journée internationale pour la tolérance 2009 revêt une signification particulière à la veille de l’Année internationale du rapprochement des cultures (2010). C’est l’occasion de mobiliser les éducateurs, les médias et les institutions publiques et privées afin qu’ils intensifient leurs efforts pour sensibiliser le grand public aux dangers de l’intolérance, et de réaffirmer la volonté collective de promouvoir le dialogue et la non-violence. Par ailleurs, c’est la première fois que j’ai l’occasion de m’adresser à la communauté internationale depuis mon entrée en fonctions comme Directrice générale de l’UNESCO. Mon message est clair : chacun de nous partage la responsabilité de construire un ordre mondial meilleur grâce à la compréhension et au respect mutuels. Je suis déterminée à faire tout mon possible, pendant mon mandat, pour promouvoir ces valeurs qui constituent les fondements de la démocratie et de la paix. En cette journée internationale pour la tolérance 2009, redoublons d’efforts pour créer un monde tolérant pour tous et partout. Irina Bokova

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Read More

Littérature/ 4 écrivains de la décolonisation

A partir du début des années 1950, la dénonciation du colonialisme est le fait de nombreux intellectuels et militants politiques. Mais ce discours sera aussi porté par des écrivains et des poètes qui mettent leur plume au service de la libération de leur pays du régime colonial.
Abonnez-vous pour recevoir nos articles