Roman. « Le Revenant » : Un voyage vers un temps lointain.

Roman. « Le Revenant » : Un voyage vers un temps lointain.

Paru en juillet 2023 aux éditions françaises l’Harmattan, “Le Revenant” de Mahfoudh Messaoudéne est un véritable périple dans le temps. Ce roman plonge le lecteur dans la Kabylie du XVIe siècle, période tumultueuse et richement historique.

Il raconte l’histoire de Yidhir, un homme du village de Tighilt, au cœur d’une insurrection contre la domination espagnole à Bougie (Béjaia), en alliance avec le royaume de Koukou et les Ottomans. Bien qu’imaginaire, l’histoire de Yidhir s’inscrit dans un contexte historique authentique et explore le fonctionnement complexe de la société kabyle de l’époque.

Contacté par Tazzuri, l’auteur explique que son intention était de faire connaître une Kabylie méconnue, soulignant son rôle important dans l’histoire nord-africaine. Le roman tisse habilement des faits historiques avec la fiction pour représenter fidèlement l’époque, sans pour autant prétendre remplacer le travail d’un historien.

Le récit offre une immersion dans la vie quotidienne de la Kabylie ancienne, allant de l’agriculture et de l’élevage jusqu’aux détails tels que la tenue vestimentaire et les armes utilisées. L’auteur s’appuie sur des œuvres comme « Le Djurdjura à travers l’Histoire » de Saïd Boulifa pour enrichir son récit d’authenticité et de vérité historique.

Un aspect central du roman est le rôle du village kabyle dans la résistance face aux envahisseurs. Le village de Tighilt, par exemple, est présenté comme une communauté soudée, gouvernée par des règles et coutumes ancestrales. La participation de Yidhir et de son village à l’insurrection est décrite comme une nécessité pour maintenir l’unité et la cohésion de la région.

Le roman met aussi en lumière les interactions complexes entre différents acteurs de l’époque, notamment les Royaumes de Koukou et Ait-Abbas, la dynastie berbère des Hafsides, ainsi que les influences des Arabes, des Espagnols et des Ottomans. Ces éléments contribuent à un récit riche et nuancé de la Kabylie du XVIe siècle.

Enfin, “Le Revenant” aborde le thème de l’esclavage blanc et de la rédemption, révélant les pratiques de l’époque et les interactions entre les captifs et leurs ravisseurs.

Pour ceux intéressés à plonger plus profondément dans “Le Revenant”, un café littéraire avec Mahfoudh Messaoudéne est prévu le 27 janvier à 13 heures au 2578, rue des Ormeaux, à Montréal.

Nb : Le roman est disponible en formats papier et numérique sur différentes plateformes de vente : L’Harmattan, FNAC, Amazone, Renaud-Bray,COOP-BERRI UQAM, Cultura…

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous pour recevoir nos articles