Entretien avec Emmy Saku : fusion entre la traditions et la modernité

Entretien avec Emmy Saku : fusion entre la traditions et la modernité

D’abord, en quelques mots, qui est Emmy ?

Mon prénom est Amel, mais sur les réseaux sociaux, je suis connue sous le nom d’emmy.saku. “Saku” est inspiré de “Sakura”, la fleur de cerisier japonaise, et de “tasekourt”, qui signifie “perdrix” en kabyle, un adjectif décrivant la beauté d’une femme. Je suis une instagrameuse et tiktokeuse parisienne qui partage sa joie et sa bonne humeur, principalement à travers des contenus de mode. Mes tenues, un mélange de rock, street et influences japonaises avec des touches traditionnelles, proviennent essentiellement de friperies et de seconde main. Je propose aussi des bons plans, du lifestyle et, à l’occasion, du longboarding. J’ai beaucoup de choses à partager !

Quelles sont tes principales sources d’inspiration ?

Je m’inspire beaucoup de mes ancêtres, notamment de leurs tatouages et des significations fortes qu’ils portent. Les couleurs et motifs de leurs tenues traditionnelles me servent également de référence. J’intègre ces éléments avec les tendances actuelles trouvées principalement sur Pinterest et Instagram.

Quelle est la chose qui t’a poussé à commencer ?

Je viens d’un village qui valorise la culture amazighe et les bijoux kabyles, un héritage maternel très fort que l’on porte au quotidien. En déménageant en ville, j’ai réalisé que ce n’était pas le cas pour tout le monde. Beaucoup me demandaient d’où venaient mes bijoux et foulards, ce qui m’a donné l’idée de partager cette culture avec un plus grand nombre de personnes. Mon objectif est de donner des idées pour porter au mieux la culture amazighe, qui tend à être oubliée et reléguée aux fêtes et mariages.

Un style plutôt osé dans une société conservatrice, est-ce que c’était difficile ?

J’ai la chance d’avoir une communauté bienveillante qui me soutient et m’encourage, surtout depuis que j’ai présenté mes créations à la Fashion Week. Les gens apprécient que je partage notre culture avec le monde entier, pas seulement au sein de la communauté amazighe. Les idées conservatrices commencent à s’atténuer avec les nouvelles générations, qui préfèrent s’ouvrir au monde et s’exprimer librement à travers la mode. Ils veulent affirmer leurs origines sans forcément en parler, juste en portant leur culture. C’est ce que je ressens dans les retours et messages que je reçois.

En parcourant ton profil, nous avons remarqué qu’à tes débuts, tu avais lancé un projet appelé “Emmy Broderie” qui semble avoir disparu. Que s’est-il passé ?

Emmy Broderie était un projet pour promouvoir le fait main en intégrant des motifs amazighs dans des vêtements du quotidien. Malheureusement, j’ai dû fermer cette marque car je n’avais plus le temps de fabriquer les articles. Je faisais tout moi-même : commande des tee-shirts chez un fournisseur local, dessin, broderie, emballage et livraison. Avec le volume de commandes, je n’arrivais plus à suivre le rythme.

Quelles étaient les difficultés pour maintenir ce projet ?

La principale difficulté était de gérer seule toutes les étapes du processus. Le volume de commandes a rapidement dépassé ma capacité de production, ce qui m’a conduit à arrêter.

Penses-tu relancer ce projet ou lancer d’autres initiatives liées à ta passion pour la mode et les bijoux ?

Honnêtement, j’y pense, mais rien de concret pour l’instant. La broderie est une passion transmise par ma mère, et je ne l’ai jamais abandonnée. Donc, pourquoi pas à l’avenir ?

Ces dernières années, on a observé une grande prise de conscience et un intérêt croissant pour la culture berbère. Penses-tu avoir contribué à ce mouvement ?

J’espère avoir contribué à cette prise de conscience. Cela me rendrait très heureuse, car notre culture est si belle qu’il serait dommage de la perdre.

Un dernier mot pour ceux qui travaillent à promouvoir la culture berbère ?

Continuez à le faire, ce n’est que le début. Informez-vous, cherchez en profondeur et ne croyez pas tout ce qu’on vous dit. Lisez et partagez dans la joie et la bonne humeur.

I.N

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous pour recevoir nos articles